Dans le couple les malentendus sont le résultat de l’accumulation des non-dits

Beaucoup de couples qui se séparent le font sans que chacun des deux partenaires n’ait une vision claire sur les raisons de la séparation. Posez la question à l’un puis à l’autre, et leur réponse ressemblera plus à une liste des défauts perçus de l’autre, qu’à un énoncé causal de faits, or c’est ce dernier type de considérations qui prime. Cela signifie bien évidemment que le partenaire n’a aucun recul sur l’état de la relation puisqu’il est partial et accuse exclusivement l’autre en le jugeant ad hominem. Personne n’est totalement dénué de responsabilités dans une rupture. Reconnaître sa part de responsabilité est le premier pas vers l’amélioration.

Le second est de définir clairement les faits qui ont mené à votre séparation. Si vous êtes incapable de les définir, c’est que le manque de communication chronique a laissé progressivement place à une accumulation de non dits de toute nature qui au fil du temps ont mené à votre rupture. Le non dit est justement indéfinissable, chacun trimballe sa valise de non dits, qu’il est bien souvent impuissant à décrire lui-même. Chaque partenaire doit par conséquent, par un jeu de communication, clarifier ses propos et poser des questions à l’autre pour l’inciter à éclaircir le siens. Cela évite d’adopter un comportement qui pourrait à la longue contrarier son partenaire.

Et le comportement justement parlons-en. De la même manière qu’il faut faire un effort sur soi pour corriger certains comportement toxiques pour la relation, il faut attendre de l’autre de faire de même. De la tolérance pour ce qui ne peut être changé doit aussi être manifestée par les deux partenaires en adultes matures qu’ils sont. Personne n’est parfait. Ici la question qu’il faut se poser c’est “quel est la valeur comparative de mon confort par rapport à la relation dans laquelle je suis engagé?” Votre décision quant à la pérennité de votre couple dépendra du côté vers lequel penchera la balance. 

Le non dit le plus destructeur

Dans le vaste domaine des non dits, il y a non dit et non dit. Les plus impactants et ceux qui fragilisent le plus le couple, concernent les visions du monde. Difficiles à formuler pour la plupart des gens , pourtant chacun en a une. Et chacun traduit sa vision du monde en une succession d’actes plus ou moins significatifs, qui ne peuvent être objectivement interprétés par le partenaire que tard dans la relation, une fois qu’il a accumulé suffisamment d’observations pour dresser une esquisse de la vision des choses de l‘autre. Dans ce cas si le partenaire est compatible tant mieux, mais dans la plupart des cas il ne l’est pas et c’est la rupture.

C’est de ce phénomène que vient l’expression l’amour ne dure que trois ans. Cette expression est pourtant fausse lorsque l’on comprend bien les tenants et les aboutissants. Au départ on aime l’image que l’on se fait de l’autre avec les maigres informations que l’on a de lui. Et au fur et  mesure que le temps passe l’autre se dévoile et c’est là que le véritable amour prend ou meurt. Mais en réalité, l’amour qualifié, c’est-à-dire celui bâtit sur la véritable personnalité de l’autre, est éternel. Il faut donc, dès le début de la relation, définir quelques situations ou contextes dans lesquels vous évaluerez votre partenaire et accélérerez ainsi le portrait que vous ferez de lui. N’orientez surtout pas les choses vers vous. Le jugement de l’autre sur soi est toujours biaisé positivement au début d’une relation.

L’autre s’attellera donc toujours à vous satisfaire. Orientez vos observations sur le comportement de votre partenaire envers les personnes tierces à la relation. C’est-à-dire ceux qui ne présentent aucun intérêt objectif pour lui. Dans ces conditions, une dimension importante de sa personne, pas toute, se dévoilera à vous avec plus ou moins de fiabilité. Mais c’est déjà cela. Par cette méthode vous contournez un non dit important sur le couple, “a qui ai-je vraiment à faire?” 

La domination tacite, un générateur à non dits et donc un destructeur de couple

Dans un couple il y a toujours un dominant et un dominé. Lorsque le dominant le devient un peu trop, l’autre se sentant acculé préfère enchaîner les concessions et les silences dans le simple espoir de se faire lâcher la grappe par le partenaire envahissant. Une situation qui est bien évidemment génératrice d’une infinité de non dits, qui finissent par entamer le moral du partenaire, le poussant à prendre ses jambes à son cou. La moralité, si votre partenaire compte pour vous, évitez de l’écraser. Même s’il est aveuglément amoureux de vous, sa santé mentale et ses aspirations en dépendant, il fuira malgré tout. Aucun amour n’est plus fort que l’amour de soi.

Pour que l’autre communique, il doit se sentir écouté compris et surtout en confiance. Dans le sens ou il ne doit pas craindre une scène de domination s’il prend le risque de se confier et de donner ce qu’il y a de plus profond en lui.  Dominer c’est devenir au fil du temps un étranger. Ce n’est pas pour rien que les hommes de pouvoir sont seuls. A force d’imposer leur volonté contre celle d’autrui, ce qui est la définition du pouvoir, ils se font quitter affectivement et ne tiennent leurs collaborateurs proches que par des relations mercantiles, juridiques ou attentatoires. 

Perfectionnez votre discours et votre écoute

Exercez-vous à clarifier votre discours et à le conformer à vos actes sans vous compliquer la vie outre mesure. Car là est le coeur de la question. Il ne s’agit pas de vous lancer ici dans un exercice psychanalytique de votre partenaire pour ne pas faire de bourde. Que nenni, simplement un comportement en conformité avec ses paroles et un respect mutuel. Mais vous n’apprenez rien en revanche, dans le discours, et là vous ne le savez peut-être pas, chaque idée formulée doit être détaillée d’autant d’exemples, d’idées secondaires et de demandes de confirmations de compréhension adressées à autrui que nécessaire. Et cela s’apprend.

Gardez à  l’esprit qu’aucun des éventuels partenaires que vous serez amenés à avoir durant votre vie, n’est appelé à tutoyer la perfection. Si vous ne faites pas un travail sur vous-même et ne vous exercez pas à pratiquer la communication en bonne et due forme, il y a malheureusement de fortes chances que vous finissiez seul. Et comme on ne le souhaite à personne mettez-vous y dès maintenant pour perfectionner votre façon de communiquer.

error: Content is protected !!