Se lancer dans un projet malgré sa timidité

Les doigts qui collent de sueur, les mains qui cherchent à disparaitre, le regard qui chavire vers le sol, les joues qui deviennent rouges… si vous connaissez ces symptômes, c’est que vous êtes sans doute timide. Votre objectif n’est donc pas de vous imposer dans la société mais plutôt d’en disparaître.

Pourtant, vous avez au fond de vous cette envie de vous réaliser personnellement. Depuis longtemps, vous pensez à ce projet que vous n’osez pas mettre sur pied par peur du jugement.

Que ce soit un blog, un site internet, la vente d’un produit (de coaching, de photos, de manuels, de livre), ou même la création d’une entreprise, il est parfois difficile de se lancer dans un projet qui nous tient à cœur surtout lorsque nous sommes d’une nature timide ou incertaine. Pendant des années, on se sabote, même inconsciemment pour éviter d’avoir à affronter les feux de la rampe et les critiques qui s’y apparente.

Mais la timidité n’est pas une maladie et il même possible de l’apprivoiser. La timidité ressort souvent d’un manque de confiance en soi, qui peut déteindre sur les relations humaines.  

La timidité peut être donc vue comme un frein au développement personnel. Pour sortir du cocon de l’incertitude, il existe des trucs et des astuces pour réaliser ses projets au grand jour et sortir de cette bulle de l’invisibilité.

Échouer fait partie du jeu

Les enfants le savent mieux que quiconque. Ils sont là pour jouer et apprendre. Prenons l’exemple d’un enfant qui se lève pour marcher et retombe sur les fesses pour se relever et retomber. Il ne cessera pourtant jamais d’essayer. Et pourtant, les enfants connaissent la timidité. Seulement, ils ne la laissent pas les contrôler.

C’est d’ailleurs le secret pour contrer la timidité : se lancer.

Si cet exemple du bambin qui apprend à marcher sonne comme une recette maintes fois lue sur les réseaux sociaux ou une belle tournure de phrase, elle n’en reste pas moins inspirante et surtout vraie.

Car cet exemple nous apprend que les enfants ont déjà des objectifs qu’ils atteignent. Leur insécurité arrive en général plus tard, quand on leur met dans la tête que certaines choses sont compliquées.

Rappelons que la timidité est un manque de confiance en soi. Hors la confiance en soi peut se gagner, se développer.

Définir un projet

Nous avons tous des hobbys ou des rêves en attente que nous n’osons pas réaliser. Nous avons souvent entendu que le monde n’est pas fait pour les rêveurs mais pour les gens qui se lèvent tôt, les travailleurs de l’aube. Alors en étant introverti, parfois incertain, il est fortement probable pour que ces rêves restent là où ils sont, dans un coin de la tête, prêt à s’éteindre.

Pourtant, un rêve est une idée qu’il est possible de transformer en projet, en concept.

Un projet, voilà un mot qui rend une idée volatile en quelque chose de concret. Après avoir défini les grandes lignes du projet, il ne vous reste plus qu’à vous lancer.

Se lancer dans un projet et passer dans la lumière

Il va peut-être falloir du temps avant de vous exprimer à travers un blog ou de monter votre projet. Et c’est normal. Parfois, on peut craindre les réactions négatives qui résultent d’un concept.

Cela est peut-être dû à un mauvais souvenir, quand les adultes disaient de vos rêves qu’ils étaient impossibles. Peut-être que cela est simplement dans votre nature : le perfectionnisme. Dans les deux cas, se lancer est le meilleur moyen de maîtriser son sujet. La confrontation peut être plus douce que celle attendue.  

La première étape est d’abord de savoir à quel point l’activité que vous voulez mettre sur pied est importante et si elle l’est, il peut être utile d’en parler autour de soi : « au fait je fais des photos de mes voyages ou je suis passionné de photographie. » Cela peut vous ouvrir des horizons inespérés « j’ai besoin justement d’un photographe ».

De mettre des mots sur un projet aide à le réaliser, à le rendre réel, à le faire exister. En parler, c’est faire le premier pas. Il se peut que vous n’arriviez pas bien à décrire le projet :

  • Ah tu écris, mais quelle est l’histoire ? 
  • Bah en fait, c’est l’histoire d’un type qui se sent mal dans sa peau, et donc il veut sauter du toit, enfin non, avant il décide de quitter son emploi parce que sa femme l’a quitté. Mais il ne se suicide pas. Enfin voilà » jusqu’à « ce livre évoque les difficultés de notre société à croire en nous-mêmes. Voilà pourquoi mon héros est sur le toit et se prépare à se suicider. Et c’est ainsi que tout commence. »

Dans le meilleur des cas, vous entendrez des gens intéressés. Et souvent il y a plus d’intéressés qu’on ne le suppose initialement.

Il est important d’y aller étape par étape. D’abord, il est inutile de brusquer les évènements si vous n’avez pas encore le courage nécessaire de vous lancer. Il faut que la passion ou le projet reste motivé avant tout par le « plaisir ».

D’expérience, la communauté internet est réceptive aux nouvelles idées, aux différents contenus que vous proposez. Internet est un terrain de jeu dans lequel vous pouvez prendre part.

S’habituer aux critiques

Ce qu’il y a de plus difficile dans toutes démarches est de s’ouvrir aux critiques. Surtout lorsqu’on est timide. Et pourtant, la timidité s’efface au profit d’une plus grande assurance. En effet, la timidité est avant tout une stratégie de préservation, au même titre que la témérité est une stratégie de conquête.

Se préserver a aussi ses avantages : les personnes timides réfléchissent avec plus de profondeur et sondent mieux les dangers. Ce sont sans doute celles qui font le moins d’erreur et donc qui subissent le moins de critiques négatives.

La timidité n’est donc pas un frein pour réaliser un projet personnel, elle est une stratégie de protection et d’une recherche plus pointilleuse de la perfection.

Cependant, ce n’est pas toujours le talent qui fait de vous une personne accomplie. Car finalement un talent est une pierre brute qu’il faut polir. Derrière le talent, il y a souvent beaucoup de travail et de persévérance, et cela pour tout le monde.   

Le secret est de se tenir à un projet aussi longtemps que vous le pouvez. Au-delà des critiques, vous voulez vous faire connaitre, vivre votre passion au grand jour, même si cela implique de s’améliorer. C’est une aventure qui vaut le coup.

Une critique a une consonance négative, pourtant aucune règle ne définit qu’une critique est essentiellement négative. « L’échec est un diplôme » d’Idriss Aberkane est une vidéo de 6 minutes à regarder absolument pour comprendre la nécessité d’échouer dans la création d’un projet.

Sortez-vous de la tête qu’il est interdit d’échouer, l’échec fait partie de l’apprentissage. En échouant, on apprend, on est prêt à mieux faire. La réussite est donc basée sur l’échec, c’est aussi ce qui en fait sa valeur. Il faut donc se décomplexer de l’échec, le prendre comme un moteur et non comme un frein.

Écrire ses projets pour mieux les réaliser

Des études prouvent que rédiger son projet sur papier augmente drastiquement les chances de réaliser ce projet. Prenez une feuille, noter « le 23 juin 2018, je suis bloggeur / freelance » ou « le 6 septembre 2022 je suis propriétaire » et ranger la note quelque part dans vos affaires personnelles. Cette méthode marche notamment lorsqu’on écrit au présent, comme quelque chose de réalisable, d’atteint.  

Lorsqu’on écrit son projet, on l’imprime inconsciemment dans le cerveau. On va agir en fonction. C’est un pacte signé avec soi-même.  

Écrire peut être :

  • Un journal intime des avancements
  • Les difficultés rencontrées avec / sans les solutions trouvées
  • Les succès
  • Les déceptions
  • Des objectifs à la journée ou à la semaine pour venir à bout des difficultés et non à l’année

L’écriture est un moyen de désengorger le cerveau et d’avoir une vue d’ensemble des progrès réalisés à court ou moyen terme.

En conclusion

De nombreux livres de développement personnel ou de coaching nous embringuent dans des projets à « tous prix » et parfois il nous manque des idées ou le courage de le faire. Voilà pourquoi il est important de prendre le temps d’y réfléchir et de savoir à quel degré cette activité vous importe. Se lancer à l’aveugle dans un blog de beauté quand vous êtes intéressé par le cinéma n’est sensiblement pas l’idée la plus lumineuse que vous pourriez avoir, même si théoriquement la beauté semble mieux marcher que le cinéma.

Ensuite rappelez-vous quel support est le plus adapté et avec lequel vous vous sentez bien (blog, freelance, micro-entreprise, bénévolat, cours de théâtre). N’oubliez pas qu’il est intéressant de parler de l’idée autour de vous, parfois des impulsions peuvent surgir de conversations inattendues.

Peut-être que ce projet n’est pas celui de votre vie, peut-être même qu’il l’est. Il est surtout important de se lancer quand on en a les facultés et l’envie, malgré la timidité ou la peur de l’échec.

Une fois qu’on a passé le stade de la peur du jugement, il est possible de se détacher de l’opinion des autres pour se réaliser pleinement grâce à un projet personnel.

C’est d’ailleurs sans doute la clé du bonheur.  

(Visited 75 times, 1 visits today)