Un Message à tous ceux qui battent leurs enfants – Heureu

Un Message à tous ceux qui battent leurs enfants

En réalité nous nous en rendons pas bien compte au quotidien. Mais la vie est une gigantesque partie de poker, lorsqu’on y est. Et un tirage de loto lorsqu’on y entre.

La société dans laquelle nous vivons qui (en théorie) est bâtie sur la notion de mérite, fait l’apologie de l’intelligence. Mais en y réfléchissant un peu nous ne pouvons rien choisir du tout dans notre vie. A commencer par la terre où nous naissons, la première langue que nous apprenons, ou encore les parents que nous avons.

L’amour qu’un enfant ressent envers ses parents est un amour instinctif. Il est inconditionnel, c’est à dire que les parents peuvent être les plus illustres des imbéciles, violents et bêtes à souhait, leur enfant les aimera toujours.

Attardons nous sur les parents, et en quoi, il sont une responsabilité incommensurable, sur l’avenir de leur enfant, sur l’avenir tout court. Et en quoi leur comportement influence l’enfant.

Certains enfants ont la malchance de tomber sur des parents dangereux à bien des égards. Outre une catégorie, qui s’en fiche tout simplement de sa descendance, il y en aune autre qui donne un très mauvais exemple, par exemple en sombrant dans l’alcool sous les yeux impuissants de leurs enfants. Mais la pire de toute, est cette classe de « parents » violents.

La violence envers un enfant est non seulement le pire signe de lâcheté (c’est facile de frapper quelqu’un qui pèse 4 fois moins que vous, et mesure 3 fois moins que vous). Mais l’indicateur irréfutable, d’une profonde ignorance de ce qu’est la pédagogie.

Jacques Brel disait « il n’y a pas de gens méchants, il y a juste des gens bêtes ». Que de raison et de clairvoyance, comment saisir l’essence de la pédagogie, lorsque notre clairvoyance est comparable à celle poisson?

Des parents violents, le sont en général face à un enfant non désiré. Mais ils peuvent aussi être violents par frustration refoulée, conséquence de leur propre souffrance. D’autres encore, battent leurs enfants, « pour en faire les meilleurs ». L’enfer est pavé de bonnes intentions, me paraît la réflexion la plus appropriée à cette classes d’individus.

Inutile de se lancer dans un exposé de pédopsychologie pour expliquer que la pire manière d’élever ses enfants est de les battre. Une fois adulte et si leur coeur est pure, ces pauvres enfants ne garderont aucune rancœur envers leurs parents violents qui tout à coup se retrouveront vieux, faibles et dépendants (la roue tourne). Ils ressentiront plutôt une certaine pitié envers eux.

Mais le plus grave, c’est la visons qu’ils auront de la vie, et la robustesse de leur structure psychologique, qui s’en trouvera fortement diminuées. Impliquant frustrations, sentiments d’infériorité, manque de confiance en soi, incapacité à prendre des initiatives, marginalisation. J’en passe et des meilleures.Image illustrant l

Dès lors la question qu’il faut se poser, c’est, que voulez-vous faire de vos enfants. Et croyez vous que la violence aboutit à un quelconque résultat. Pour d’autres en revanche, moins miséricordieux, se chargeront personnellement d’imaginer les meilleures manières de se venger de leurs parents, en leur faisant vivre un martyr probablement impitoyable, d’autant plus qu’il est nourrit par une colère de longue date.

Gardez en tête qu’un être vivant dressé, aura toujours besoin de son maître. Un être vivant éduqué, atteint la liberté et l’autonomie. A vous de voir quelle est la différence entre dresser, et éduquer.

Images: pinterest

error: Content is protected !!